Recettes traditionnelles

Trotter's To Go ferme mystérieusement

Trotter's To Go ferme mystérieusement

Malgré les rumeurs précédentes, le plus petit Trotter's To Go a fermé ses portes

Lorsque Charlie Trotter a annoncé son départ de la scène culinaire pour le monde universitaire, il a laissé entendre que pendant que Charlie Trotter fermerait, sa plus petite opération de vente à emporter Trotter's To Go resterait ouverte. Ouf!

Eh bien, il semble que cette décision a changé. Time Out Chicago rapporte que le plus petit point de vente à emporter à Chicago a fermé au cours du week-end, Trotter ayant surpris le personnel en annonçant qu'il fermait immédiatement le magasin. "Au moment où je tape ceci, le personnel de TTG nettoie le magasin et déplace le matériel vers l'espace du restaurant", a écrit David Tamarkin, notant que le personnel n'avait aucune connaissance préalable de la fermeture.

Aucun membre du personnel n'aurait déclaré, tandis que les représentants de Trotter n'ont pas répondu aux demandes de commentaires. En attendant, le site Web To Go est en panne et le site Web du restaurant de Charlie Trotter compte les jours jusqu'au 25e anniversaire le 17 août. On dirait que Chicago devra aller sans Trotter pendant un certain temps, comme le dernier service de dîner de Charlie Trotter aura lieu le 31 août.

Jessica Chou est rédactrice en chef adjointe au Daily Meal. Suivez-la sur Twitter @jesschou.


« Du ouï-dire à la preuve tangible » : les ovnis sont-ils sur le point de se généraliser ?

Nick Pope a passé le début des années 90 à enquêter sur les ovnis pour le compte du ministère britannique de la défense. Séquestré dans un bureau gouvernemental rarement visité – le « sous-sol métaphorique » – il se souvient bien de la façon dont son domaine de travail était considéré.

"Je marchais dans le couloir et les gens sifflaient le thème musical soit pour Close Encounters of the Third Kind, soit pour Twilight Zone", a déclaré Pope au Guardian.

Vers la fin de son passage au ministère de la Défense, une nouvelle émission de science-fiction mettant en vedette une paire de chasseurs d'extraterrestres du FBI gagnait également en popularité. "Je me souviens aussi que la mélodie du thème X-Files avait été sifflée", a-t-il déclaré.

Au cours des près de deux décennies qui ont suivi, les attitudes envers les ovnis ont lentement changé, en particulier en Amérique où le sujet est passé des marges au grand public, même l'ancien président Barack Obama s'est prononcé sur leur existence potentielle.

Rebaptisé par les gouvernements et les passionnés comme « UAP », ou phénomènes aériens non identifiés, 2021 a sans doute vu la première discussion sérieuse sur des objets volants inconnus. En juin, le Pentagone s'apprête à publier un rapport très attendu sur ce qu'il sait des UAP, et l'enthousiasme suscité par cette divulgation a été alimenté par une multitude de témoins qui se sont présentés pour partager leurs expériences avec l'émission d'information 60 Minutes en mai.

Obama était parmi de nombreuses personnalités publiques à ajouter ses réflexions sur les PAN et le rapport du Pentagone ce mois-ci.

Barack Obama : « Il y a des images et des enregistrements. » Photographie : Larry Marano/Rex/Shutterstock

"Il y a des images et des enregistrements d'objets dans le ciel, dont nous ne savons pas exactement ce qu'ils sont, nous ne pouvons pas expliquer comment ils se sont déplacés, leur trajectoire", a déclaré Obama dans une interview à CBS. «Ils n'avaient pas de modèle facilement explicable. Et donc, vous savez, je pense que les gens prennent toujours au sérieux d'essayer d'enquêter et de comprendre ce que c'est.

La sincérité de la discussion autour des PAU – « Je veux que nous le prenions au sérieux et que nous ayons un processus pour le prendre au sérieux », a déclaré le sénateur républicain Marco Rubio à 60 Minutes – est loin des railleries auxquelles le Pape a été confronté.

Alors qu'est-ce qui a changé en Amérique ?

"Au cours des trois dernières années, cela a été élevé au-dessus des ouï-dire et transformé en preuves tangibles", a déclaré Pope, qui est maintenant basé en Arizona. "Pas seulement le témoignage de pilotes militaires qui ont été impliqués dans des rencontres avec ces choses, mais les données radar et les vidéos de caméra infrarouge que tout le monde a vues."

Ces dernières années, une série de vidéos gouvernementales montrant des PAN ont été diffusées, y compris des images d'un avion de chasse F-18 de la marine qui montrait un objet oblong volant dans le ciel près de San Diego en 2004.

En avril, des photos et des vidéos prises par le personnel de la marine ont été divulguées en ligne, montrant des objets de forme triangulaire bourdonnant dans le ciel, et en mai, des images militaires divulguées ont montré un objet volant ovale près d'un navire de la marine à San Diego – un point chaud apparent de l'UAP.

Les membres de la marine ont vu des PANs si fréquemment que les rencontres sont devenues monnaie courante, a déclaré à 60 Minutes Ryan Graves, un pilote de la marine à la retraite.

"Chaque jour", a déclaré Graves. "Tous les jours pendant au moins quelques années."

Pour Ted Roe, qui dirige le National Aviation Reporting Center on Anomalous Phenomena, une organisation à but non lucratif où les pilotes ou d'autres personnes peuvent rapporter leurs expériences avec les UAP, ce n'était que la confirmation de ce qu'il savait déjà.

Cette photo, prise à travers la fenêtre d'un laboratoire par un garde-côte américain de 21 ans, montre quatre objets volants non identifiés comme des lumières vives dans le ciel, à Salem, Massachusetts, en août 1952. Photographie : Popperfoto

"Cela ne me surprend pas du tout", a déclaré Roe. « Quelque part dans le monde, chaque jour, cela se produit – cela se manifeste régulièrement, quotidiennement. Et d'après mes conversations privées avec des pilotes militaires actuels et anciens, j'ai l'impression que les rapports que je reçois - en ce qui concerne les rapports de pilotes - sont clairement la pointe de l'iceberg. "

Mais malgré tout l'assouplissement apparent du tabou autour des PAN, Roe dit qu'il y a toujours une stigmatisation.

"Personne n'est prêt à risquer sa carrière ou sa réputation sur ce sujet, même maintenant", a déclaré Roe. « Les pilotes ne nous contacteront pas avant leur retraite. Je dirais que c'est presque 50-50, les cas que je reçois, qui sont plus récents, par rapport à ceux qui se sont produits il y a des années et dont ils ne voulaient pas parler parce qu'ils perdraient leur statut de vol, et parce qu'ils s'inquiétaient pour leur carrières."

Le gouvernement – ​​tous les gouvernements – ont déjà été réticents à reconnaître qu'ils surveillent les PAU.

En 2007, le département américain de la Défense a lancé un « programme avancé d'identification des menaces aérospatiales » pour enquêter sur les ovnis. L'effort était si secret que le public n'en a été informé que 10 ans plus tard, après une enquête du New York Times.

Cependant, au fur et à mesure que les images divulguées ou publiées officiellement se sont répandues, les demandes de transparence du public et des politiciens se sont multipliées, ce qui a incité la CIA à publier des milliers de documents sur les PAN en janvier 2021.

Rubio, le vice-président de la commission sénatoriale du renseignement, a été une voix particulièrement forte, et il faisait partie d'un groupe d'élus qui ont réussi à insérer la loi sur l'autorisation du renseignement pour l'exercice 2021 dans le projet de loi de dépenses de secours contre les coronavirus de 2,3 milliards de dollars signé promulguée par Donald Trump en décembre.

Cette image de capture vidéo obtenue le 28 avril 2020 montre une partie d'une vidéo non classifiée prise par des pilotes de la marine montrant des interactions avec des «phénomènes aériens non identifiés». Photographie : DoD/AFP via Getty Images

Cet acte a ordonné aux agences gouvernementales de fournir une « analyse détaillée des données et des renseignements sur les phénomènes aériens non identifiés » et « une description détaillée d'un processus interagences » pour signaler les ovnis. Le rapport doit être remis avant le 25 juin.

« Des hommes et des femmes à qui nous avons confié la défense de notre pays rapportent des rencontres avec des avions non identifiés dotés de capacités supérieures », a déclaré Rubio au Tampa Bay Times à la mi-mai.

"Nous ne pouvons pas permettre à la stigmatisation des ovnis de nous empêcher d'enquêter sérieusement sur cela. Le prochain rapport est une étape dans ce processus, mais ce ne sera pas la dernière. »

La rafale de vidéos récentes et la publication imminente du rapport ont déclenché une excitation autour d'objets volants non identifiés que l'on n'avait pas vus depuis des années. Le pape a toutefois averti qu'après des années de furtivité de la part des agences de renseignement, les gens ne devraient pas s'attendre à ce que le gouvernement libère tout il connaît ces objets mystérieux dans le ciel.

"Le rapport doit être non classifié, mais il pourrait avoir une annexe classifiée, il y a donc une forte possibilité que des faits bouleversants soient dans cette annexe classifiée, plutôt que dans le rapport non classifié", a déclaré Pope.

Il a ajouté: « Donc, les gens devraient être excités, mais pas trop excités. Ils doivent être pragmatiques, et un peu de gestion des attentes pourrait être utile.


« Du ouï-dire à la preuve tangible » : les ovnis sont-ils sur le point de se généraliser ?

Nick Pope a passé le début des années 90 à enquêter sur les ovnis pour le compte du ministère britannique de la défense. Séquestré dans un bureau gouvernemental rarement visité – le « sous-sol métaphorique » – il se souvient bien de la façon dont son domaine de travail était considéré.

"Je marchais dans le couloir et les gens sifflaient le thème musical soit pour Close Encounters of the Third Kind, soit pour Twilight Zone", a déclaré Pope au Guardian.

Vers la fin de son passage au ministère de la Défense, une nouvelle émission de science-fiction mettant en vedette une paire de chasseurs d'extraterrestres du FBI gagnait également en popularité. "Je me souviens aussi que la mélodie du thème X-Files avait été sifflée", a-t-il déclaré.

Au cours des près de deux décennies qui ont suivi, les attitudes envers les ovnis ont lentement changé, en particulier en Amérique où le sujet est passé des marges au grand public, même l'ancien président Barack Obama s'est prononcé sur leur existence potentielle.

Rebaptisé par les gouvernements et les passionnés comme « UAP », ou phénomènes aériens non identifiés, 2021 a sans doute vu la première discussion sérieuse sur des objets volants inconnus. En juin, le Pentagone s'apprête à publier un rapport très attendu sur ce qu'il sait des UAP, et l'enthousiasme suscité par cette divulgation a été alimenté par une multitude de témoins qui se sont présentés pour partager leurs expériences avec l'émission d'information 60 Minutes en mai.

Obama était parmi de nombreuses personnalités publiques à ajouter ses réflexions sur les PAN et le rapport du Pentagone ce mois-ci.

Barack Obama : « Il y a des images et des enregistrements. » Photographie : Larry Marano/Rex/Shutterstock

"Il y a des images et des enregistrements d'objets dans le ciel, dont nous ne savons pas exactement ce qu'ils sont, nous ne pouvons pas expliquer comment ils se sont déplacés, leur trajectoire", a déclaré Obama dans une interview à CBS. «Ils n'avaient pas de modèle facilement explicable. Et donc, vous savez, je pense que les gens prennent toujours au sérieux d'essayer d'enquêter et de comprendre ce que c'est.

La sincérité de la discussion autour des PAU – « Je veux que nous le prenions au sérieux et que nous ayons un processus pour le prendre au sérieux », a déclaré le sénateur républicain Marco Rubio à 60 Minutes – est loin des railleries auxquelles le Pape a été confronté.

Alors qu'est-ce qui a changé en Amérique ?

"Au cours des trois dernières années, cela a été élevé au-dessus des ouï-dire et transformé en preuves tangibles", a déclaré Pope, qui est maintenant basé en Arizona. "Pas seulement le témoignage de pilotes militaires qui ont été impliqués dans des rencontres avec ces choses, mais les données radar et les vidéos de caméra infrarouge que tout le monde a vues."

Ces dernières années, une série de vidéos gouvernementales montrant des PAN ont été diffusées, y compris des images d'un avion de chasse F-18 de la marine qui montrait un objet oblong volant dans le ciel près de San Diego en 2004.

En avril, des photos et des vidéos prises par le personnel de la marine ont été divulguées en ligne, montrant des objets de forme triangulaire bourdonnant dans le ciel, et en mai, des images militaires divulguées ont montré un objet volant ovale près d'un navire de la marine à San Diego – un point chaud apparent de l'UAP.

Les membres de la marine ont vu des PANs si fréquemment que les rencontres sont devenues monnaie courante, a déclaré à 60 Minutes Ryan Graves, un pilote de la marine à la retraite.

"Chaque jour", a déclaré Graves. "Tous les jours pendant au moins quelques années."

Pour Ted Roe, qui dirige le National Aviation Reporting Center on Anomalous Phenomena, une organisation à but non lucratif où les pilotes ou d'autres personnes peuvent rapporter leurs expériences avec les UAP, ce n'était que la confirmation de ce qu'il savait déjà.

Cette photo, prise à travers la fenêtre d'un laboratoire par un garde-côte américain de 21 ans, montre quatre objets volants non identifiés comme des lumières vives dans le ciel, à Salem, Massachusetts, en août 1952. Photographie : Popperfoto

"Cela ne me surprend pas du tout", a déclaré Roe. « Quelque part dans le monde, chaque jour, cela se produit – cela se manifeste régulièrement, quotidiennement. Et d'après mes conversations privées avec des pilotes militaires actuels et anciens, j'ai l'impression que les rapports que je reçois - en ce qui concerne les rapports de pilotes - sont clairement la pointe de l'iceberg. "

Mais malgré tout l'assouplissement apparent du tabou autour des PAN, Roe dit qu'il y a toujours une stigmatisation.

"Personne n'est prêt à risquer sa carrière ou sa réputation sur ce sujet, même maintenant", a déclaré Roe. « Les pilotes ne nous contacteront pas avant leur retraite. Je dirais que c'est presque 50-50, les cas que je reçois, qui sont plus récents, par rapport à ceux qui se sont produits il y a des années et dont ils ne voulaient pas parler parce qu'ils perdraient leur statut de vol, et parce qu'ils s'inquiétaient pour leur carrières."

Le gouvernement – ​​tous les gouvernements – ont déjà été réticents à reconnaître qu'ils surveillent les PAU.

En 2007, le département américain de la Défense a lancé un « programme avancé d'identification des menaces aérospatiales » pour enquêter sur les ovnis. L'effort était si secret que le public n'en a été informé que 10 ans plus tard, après une enquête du New York Times.

Cependant, au fur et à mesure que les images divulguées ou publiées officiellement se sont répandues, les demandes de transparence du public et des politiciens se sont multipliées, ce qui a incité la CIA à publier des milliers de documents sur les PAN en janvier 2021.

Rubio, le vice-président de la commission sénatoriale du renseignement, a été une voix particulièrement forte, et il faisait partie d'un groupe d'élus qui ont réussi à insérer la loi sur l'autorisation du renseignement pour l'exercice 2021 dans le projet de loi de dépenses de secours contre les coronavirus de 2,3 milliards de dollars signé promulguée par Donald Trump en décembre.

Cette image de capture vidéo obtenue le 28 avril 2020 montre une partie d'une vidéo non classifiée prise par des pilotes de la marine montrant des interactions avec des «phénomènes aériens non identifiés». Photographie : DoD/AFP via Getty Images

Cet acte a ordonné aux agences gouvernementales de fournir une « analyse détaillée des données et des renseignements sur les phénomènes aériens non identifiés » et « une description détaillée d'un processus interagences » pour signaler les ovnis. Le rapport doit être remis avant le 25 juin.

« Des hommes et des femmes à qui nous avons confié la défense de notre pays rapportent des rencontres avec des avions non identifiés dotés de capacités supérieures », a déclaré Rubio au Tampa Bay Times à la mi-mai.

"Nous ne pouvons pas permettre à la stigmatisation des ovnis de nous empêcher d'enquêter sérieusement sur cela. Le prochain rapport est une étape dans ce processus, mais ce ne sera pas la dernière. »

La rafale de vidéos récentes et la publication imminente du rapport ont déclenché une excitation autour d'objets volants non identifiés que l'on n'avait pas vus depuis des années. Le pape a toutefois averti qu'après des années de furtivité de la part des agences de renseignement, les gens ne devraient pas s'attendre à ce que le gouvernement libère tout il connaît ces objets mystérieux dans le ciel.

"Le rapport doit être non classifié, mais il pourrait avoir une annexe classifiée, il y a donc une forte possibilité que des faits bouleversants soient dans cette annexe classifiée, plutôt que dans le rapport non classifié", a déclaré Pope.

Il a ajouté: "Donc, les gens devraient être excités, mais pas trop excités. Ils doivent être pragmatiques, et un peu de gestion des attentes pourrait être utile.


« Du ouï-dire à la preuve tangible » : les ovnis sont-ils sur le point de se généraliser ?

Nick Pope a passé le début des années 90 à enquêter sur les ovnis pour le compte du ministère britannique de la défense. Séquestré dans un bureau gouvernemental rarement visité – le « sous-sol métaphorique » – il se souvient bien de la façon dont son domaine de travail était considéré.

"Je marchais dans le couloir et les gens sifflaient le thème musical soit pour Close Encounters of the Third Kind, soit pour Twilight Zone", a déclaré Pope au Guardian.

Vers la fin de son passage au ministère de la Défense, une nouvelle émission de science-fiction mettant en vedette une paire de chasseurs d'extraterrestres du FBI gagnait également en popularité. "Je me souviens aussi que la mélodie du thème X-Files avait été sifflée", a-t-il déclaré.

Au cours des près de deux décennies qui ont suivi, les attitudes envers les ovnis ont lentement changé, en particulier en Amérique où le sujet est passé des marges au grand public, même l'ancien président Barack Obama s'est prononcé sur leur existence potentielle.

Rebaptisé par les gouvernements et les passionnés comme « UAP », ou phénomènes aériens non identifiés, 2021 a sans doute vu la première discussion sérieuse sur des objets volants inconnus. En juin, le Pentagone s'apprête à publier un rapport très attendu sur ce qu'il sait des UAP, et l'enthousiasme suscité par cette divulgation a été alimenté par une multitude de témoins qui se sont présentés pour partager leurs expériences avec l'émission d'information 60 Minutes en mai.

Obama était parmi de nombreuses personnalités publiques à ajouter ses réflexions sur les PAN et le rapport du Pentagone ce mois-ci.

Barack Obama : « Il y a des images et des enregistrements. » Photographie : Larry Marano/Rex/Shutterstock

"Il y a des images et des enregistrements d'objets dans le ciel, dont nous ne savons pas exactement ce qu'ils sont, nous ne pouvons pas expliquer comment ils se sont déplacés, leur trajectoire", a déclaré Obama dans une interview à CBS. «Ils n'avaient pas de modèle facilement explicable. Et donc, vous savez, je pense que les gens prennent toujours au sérieux d'essayer d'enquêter et de comprendre ce que c'est.

La sincérité de la discussion autour des PAU – « Je veux que nous le prenions au sérieux et que nous ayons un processus pour le prendre au sérieux », a déclaré le sénateur républicain Marco Rubio à 60 Minutes – est loin des railleries auxquelles le Pape a été confronté.

Alors qu'est-ce qui a changé en Amérique ?

"Au cours des trois dernières années, cela a été élevé au-dessus des ouï-dire et transformé en preuves tangibles", a déclaré Pope, qui est maintenant basé en Arizona. "Pas seulement le témoignage de pilotes militaires qui ont été impliqués dans des rencontres avec ces choses, mais les données radar et les vidéos de caméra infrarouge que tout le monde a vues."

Ces dernières années, une série de vidéos gouvernementales montrant des PAN ont été publiées, y compris des images d'un avion de chasse F-18 de la marine qui montrait un objet oblong volant dans le ciel près de San Diego en 2004.

En avril, des photos et des vidéos prises par le personnel de la marine ont été divulguées en ligne, montrant des objets de forme triangulaire bourdonnant dans le ciel, et en mai, des images militaires divulguées ont montré un objet volant ovale près d'un navire de la marine à San Diego – un point chaud apparent de l'UAP.

Les membres de la marine ont vu des PANs si fréquemment que les rencontres sont devenues monnaie courante, a déclaré à 60 Minutes Ryan Graves, un pilote de la marine à la retraite.

"Chaque jour", a déclaré Graves. "Tous les jours pendant au moins quelques années."

Pour Ted Roe, qui dirige le Centre national d'information sur l'aviation sur les phénomènes anormaux, une organisation à but non lucratif où les pilotes ou d'autres personnes peuvent rapporter leurs expériences avec les PAN, ce n'était que la confirmation de ce qu'il savait déjà.

Cette photo, prise à travers la fenêtre d'un laboratoire par un garde-côte américain de 21 ans, montre quatre objets volants non identifiés comme des lumières vives dans le ciel, à Salem, Massachusetts, en août 1952. Photographie : Popperfoto

"Cela ne me surprend pas du tout", a déclaré Roe. « Quelque part dans le monde, chaque jour, cela se produit – cela se manifeste régulièrement, quotidiennement. Et d'après mes conversations privées avec des pilotes militaires actuels et anciens, j'ai l'impression que les rapports que je reçois - en ce qui concerne les rapports de pilotes - sont clairement la pointe de l'iceberg. "

Mais malgré tout l'assouplissement apparent du tabou autour des PAN, Roe dit qu'il y a toujours une stigmatisation.

"Personne n'est prêt à risquer sa carrière ou sa réputation sur ce sujet, même maintenant", a déclaré Roe. « Les pilotes ne nous contacteront pas avant leur retraite. Je dirais que c'est presque 50-50, les cas que je reçois, qui sont plus récents, par rapport à ceux qui se sont produits il y a des années et dont ils ne voulaient pas parler parce qu'ils perdraient leur statut de vol, et parce qu'ils s'inquiétaient pour leur carrières."

Le gouvernement – ​​tous les gouvernements – ont déjà été réticents à reconnaître qu'ils surveillent les PAU.

En 2007, le département américain de la Défense a lancé un « programme avancé d'identification des menaces aérospatiales » pour enquêter sur les ovnis. L'effort était si secret que le public n'en a été informé que 10 ans plus tard, après une enquête du New York Times.

Cependant, au fur et à mesure que les images divulguées ou publiées officiellement se sont répandues, les demandes de transparence du public et des politiciens se sont multipliées, ce qui a incité la CIA à publier des milliers de documents sur les PAN en janvier 2021.

Rubio, le vice-président de la commission sénatoriale du renseignement, a été une voix particulièrement forte, et il faisait partie d'un groupe d'élus qui ont réussi à insérer la loi sur l'autorisation du renseignement pour l'exercice 2021 dans le projet de loi de dépenses de secours contre les coronavirus de 2,3 milliards de dollars signé promulguée par Donald Trump en décembre.

Cette image de capture vidéo obtenue le 28 avril 2020 montre une partie d'une vidéo non classifiée prise par des pilotes de la marine montrant des interactions avec des «phénomènes aériens non identifiés». Photographie : DoD/AFP via Getty Images

Cet acte a ordonné aux agences gouvernementales de fournir une « analyse détaillée des données et des renseignements sur les phénomènes aériens non identifiés » et « une description détaillée d'un processus interagences » pour signaler les ovnis. Le rapport doit être remis avant le 25 juin.

« Des hommes et des femmes à qui nous avons confié la défense de notre pays rapportent des rencontres avec des avions non identifiés dotés de capacités supérieures », a déclaré Rubio au Tampa Bay Times à la mi-mai.

"Nous ne pouvons pas permettre à la stigmatisation des ovnis de nous empêcher d'enquêter sérieusement sur cela. Le prochain rapport est une étape dans ce processus, mais ce ne sera pas la dernière. »

La rafale de vidéos récentes et la publication imminente du rapport ont déclenché une excitation autour d'objets volants non identifiés que l'on n'avait pas vus depuis des années. Le pape a toutefois averti qu'après des années de furtivité de la part des agences de renseignement, les gens ne devraient pas s'attendre à ce que le gouvernement libère tout il connaît ces objets mystérieux dans le ciel.

"Le rapport doit être non classifié, mais il pourrait avoir une annexe classifiée, il y a donc une forte possibilité que des faits bouleversants soient dans cette annexe classifiée, plutôt que dans le rapport non classifié", a déclaré Pope.

Il a ajouté: "Donc, les gens devraient être excités, mais pas trop excités. Ils doivent être pragmatiques, et un peu de gestion des attentes pourrait être utile.


« Du ouï-dire à la preuve tangible » : les ovnis sont-ils sur le point de se généraliser ?

Nick Pope a passé le début des années 90 à enquêter sur les ovnis pour le compte du ministère britannique de la défense. Séquestré dans un bureau gouvernemental rarement visité – le « sous-sol métaphorique » – il se souvient bien de la façon dont son domaine de travail était considéré.

"Je marchais dans le couloir et les gens sifflaient le thème musical soit pour Close Encounters of the Third Kind, soit pour Twilight Zone", a déclaré Pope au Guardian.

Vers la fin de son passage au ministère de la Défense, une nouvelle émission de science-fiction mettant en vedette une paire de chasseurs d'extraterrestres du FBI gagnait également en popularité. "Je me souviens aussi que la mélodie du thème X-Files avait été sifflée", a-t-il déclaré.

Au cours des près de deux décennies qui ont suivi, les attitudes envers les ovnis ont lentement changé, en particulier en Amérique où le sujet est passé des marges au grand public, même l'ancien président Barack Obama s'est prononcé sur leur existence potentielle.

Rebaptisé par les gouvernements et les passionnés comme « UAP », ou phénomènes aériens non identifiés, 2021 a sans doute vu la première discussion sérieuse sur des objets volants inconnus. En juin, le Pentagone s'apprête à publier un rapport très attendu sur ce qu'il sait des UAP, et l'enthousiasme suscité par cette divulgation a été alimenté par une multitude de témoins qui se sont présentés pour partager leurs expériences avec l'émission d'information 60 Minutes en mai.

Obama était parmi de nombreuses personnalités publiques à ajouter ses réflexions sur les PAN et le rapport du Pentagone ce mois-ci.

Barack Obama : « Il y a des images et des enregistrements. » Photographie : Larry Marano/Rex/Shutterstock

"Il y a des images et des enregistrements d'objets dans le ciel, dont nous ne savons pas exactement ce qu'ils sont, nous ne pouvons pas expliquer comment ils se sont déplacés, leur trajectoire", a déclaré Obama dans une interview à CBS. «Ils n'avaient pas de modèle facilement explicable. Et donc, vous savez, je pense que les gens prennent toujours au sérieux d'essayer d'enquêter et de comprendre ce que c'est.

La sincérité de la discussion autour des PAU – « Je veux que nous le prenions au sérieux et que nous ayons un processus pour le prendre au sérieux », a déclaré le sénateur républicain Marco Rubio à 60 Minutes – est loin des railleries auxquelles le Pape a été confronté.

Alors qu'est-ce qui a changé en Amérique ?

"Au cours des trois dernières années, cela a été élevé au-dessus des ouï-dire et transformé en preuves tangibles", a déclaré Pope, qui est maintenant basé en Arizona. "Pas seulement le témoignage de pilotes militaires qui ont été impliqués dans des rencontres avec ces choses, mais les données radar et les vidéos de caméras infrarouges que tout le monde a vues."

Ces dernières années, une série de vidéos gouvernementales montrant des PAN ont été diffusées, y compris des images d'un avion de chasse F-18 de la marine qui montrait un objet oblong volant dans le ciel près de San Diego en 2004.

En avril, des photos et des vidéos prises par le personnel de la marine ont été divulguées en ligne, montrant des objets de forme triangulaire bourdonnant dans le ciel, et en mai, des images militaires divulguées ont montré un objet volant ovale près d'un navire de la marine à San Diego – un point chaud apparent de l'UAP.

Les membres de la marine ont vu des PANs si fréquemment que les rencontres sont devenues monnaie courante, a déclaré à 60 Minutes Ryan Graves, un pilote de la marine à la retraite.

"Chaque jour", a déclaré Graves. "Tous les jours pendant au moins quelques années."

Pour Ted Roe, qui dirige le National Aviation Reporting Center on Anomalous Phenomena, une organisation à but non lucratif où les pilotes ou d'autres personnes peuvent rapporter leurs expériences avec les UAP, ce n'était que la confirmation de ce qu'il savait déjà.

Cette photo, prise à travers la fenêtre d'un laboratoire par un garde-côte américain de 21 ans, montre quatre objets volants non identifiés comme des lumières vives dans le ciel, à Salem, Massachusetts, en août 1952. Photographie : Popperfoto

"Cela ne me surprend pas du tout", a déclaré Roe. « Quelque part dans le monde, chaque jour, cela se produit – cela se manifeste régulièrement, quotidiennement. Et d'après mes conversations privées avec des pilotes militaires actuels et anciens, j'ai l'impression que les rapports que je reçois - en ce qui concerne les rapports de pilotes - sont clairement la pointe de l'iceberg. "

Mais malgré tout l'assouplissement apparent du tabou autour des PAN, Roe dit qu'il y a toujours une stigmatisation.

"Personne n'est prêt à risquer sa carrière ou sa réputation sur ce sujet, même maintenant", a déclaré Roe. « Les pilotes ne nous contacteront pas avant leur retraite. Je dirais que c'est presque 50-50, les cas que je reçois, qui sont plus récents, par rapport à ceux qui se sont produits il y a des années et dont ils ne voulaient pas parler parce qu'ils perdraient leur statut de vol, et parce qu'ils s'inquiétaient pour leur carrières."

Le gouvernement – ​​tous les gouvernements – ont déjà été réticents à reconnaître qu'ils surveillent les PAU.

En 2007, le département américain de la Défense a lancé un "Programme avancé d'identification des menaces aérospatiales" pour enquêter sur les ovnis. L'effort était si secret que le public n'en a été informé que 10 ans plus tard, après une enquête du New York Times.

Cependant, au fur et à mesure que les images divulguées ou publiées officiellement se sont répandues, les demandes de transparence du public et des politiciens se sont multipliées, ce qui a incité la CIA à publier des milliers de documents sur les PAN en janvier 2021.

Rubio, le vice-président de la commission sénatoriale du renseignement, a été une voix particulièrement forte, et il faisait partie d'un groupe d'élus qui ont réussi à insérer la loi sur l'autorisation du renseignement pour l'exercice 2021 dans le projet de loi de dépenses de secours contre les coronavirus de 2,3 milliards de dollars signé promulguée par Donald Trump en décembre.

Cette image de capture vidéo obtenue le 28 avril 2020 montre une partie d'une vidéo non classifiée prise par des pilotes de la marine montrant des interactions avec des «phénomènes aériens non identifiés». Photographie : DoD/AFP via Getty Images

Cet acte a ordonné aux agences gouvernementales de fournir une « analyse détaillée des données et des renseignements sur les phénomènes aériens non identifiés » et « une description détaillée d'un processus interagences » pour signaler les ovnis. Le rapport doit être remis avant le 25 juin.

« Des hommes et des femmes à qui nous avons confié la défense de notre pays rapportent des rencontres avec des avions non identifiés dotés de capacités supérieures », a déclaré Rubio au Tampa Bay Times à la mi-mai.

"Nous ne pouvons pas permettre à la stigmatisation des ovnis de nous empêcher d'enquêter sérieusement sur cela. Le prochain rapport est une étape dans ce processus, mais ce ne sera pas la dernière. »

La rafale de vidéos récentes et la publication imminente du rapport ont déclenché une excitation autour d'objets volants non identifiés que l'on n'avait pas vus depuis des années. Le pape a toutefois averti qu'après des années de furtivité de la part des agences de renseignement, les gens ne devraient pas s'attendre à ce que le gouvernement libère tout il connaît ces objets mystérieux dans le ciel.

"Le rapport doit être non classifié, mais il pourrait avoir une annexe classifiée, il y a donc une forte possibilité que des faits bouleversants soient dans cette annexe classifiée, plutôt que dans le rapport non classifié", a déclaré Pope.

Il a ajouté: "Donc, les gens devraient être excités, mais pas trop excités. Ils doivent être pragmatiques, et un peu de gestion des attentes pourrait être utile.


« Du ouï-dire à la preuve tangible » : les ovnis sont-ils sur le point de se généraliser ?

Nick Pope a passé le début des années 90 à enquêter sur les ovnis pour le compte du ministère britannique de la défense. Séquestré dans un bureau gouvernemental rarement visité – le « sous-sol métaphorique » – il se souvient bien de la façon dont son domaine de travail était considéré.

"Je marchais dans le couloir et les gens sifflaient le thème musical soit pour Close Encounters of the Third Kind, soit pour Twilight Zone", a déclaré Pope au Guardian.

Vers la fin de son passage au ministère de la Défense, une nouvelle émission de science-fiction mettant en vedette une paire de chasseurs d'extraterrestres du FBI gagnait également en popularité. "Je me souviens aussi que la mélodie du thème X-Files avait été sifflée", a-t-il déclaré.

Au cours des près de deux décennies qui ont suivi, les attitudes envers les ovnis ont lentement changé, en particulier en Amérique où le sujet est passé des marges au grand public, même l'ancien président Barack Obama s'est prononcé sur leur existence potentielle.

Rebaptisé par les gouvernements et les passionnés comme « UAP », ou phénomènes aériens non identifiés, 2021 a sans doute vu la première discussion sérieuse sur des objets volants inconnus. En juin, le Pentagone s'apprête à publier un rapport très attendu sur ce qu'il sait des UAP, et l'enthousiasme suscité par cette divulgation a été alimenté par une multitude de témoins qui se sont présentés pour partager leurs expériences avec l'émission d'information 60 Minutes en mai.

Obama était parmi de nombreuses personnalités publiques à ajouter ses réflexions sur les PAN et le rapport du Pentagone ce mois-ci.

Barack Obama : « Il y a des images et des enregistrements. » Photo : Larry Marano/Rex/Shutterstock

"Il y a des images et des enregistrements d'objets dans le ciel, dont nous ne savons pas exactement ce qu'ils sont, nous ne pouvons pas expliquer comment ils se sont déplacés, leur trajectoire", a déclaré Obama dans une interview à CBS. «Ils n'avaient pas de modèle facilement explicable. Et donc, vous savez, je pense que les gens prennent toujours au sérieux d'essayer d'enquêter et de comprendre ce que c'est.

La sincérité de la discussion autour des PAU – « Je veux que nous le prenions au sérieux et que nous ayons un processus pour le prendre au sérieux », a déclaré le sénateur républicain Marco Rubio à 60 Minutes – est loin des railleries auxquelles le Pape a été confronté.

Alors qu'est-ce qui a changé en Amérique ?

“In the last three years it has been elevated above just hearsay and segued into hard evidence,” said Pope, who is now based in Arizona, said. “Not just the testimony from military pilots who’ve been involved in encounters with these things, but radar data and the infra-red camera videos that everyone’s seen.”

In recent years a series of government videos showing UAPs, have been released, including footage from a navy F-18 fighter jet which showed an oblong object flying through the sky near San Diego in 2004.

This April photos and videos taken by navy personnel were leaked online, showing triangular-shaped objects buzzing around in the sky, and in May leaked military footage showed an oval flying object near a navy ship in San Diego – an apparent UAP hotspot.

Members of the navy saw UAPs so frequently that the encounters became commonplace, Ryan Graves, a retired navy pilot, told 60 Minutes.

“Every day,” Graves said. “Every day for at least a couple years.”

For Ted Roe, who runs the National Aviation Reporting Center on Anomalous Phenomena, a non-profit where pilots or others can report their experiences with UAPs, this was merely confirmation of what he already knew.

This picture, taken through the window of a laboratory by a 21-year-old US coastguard, shows four unidentified flying objects as bright lights in the sky, at Salem, Massachusetts, in August 1952. Photograph: Popperfoto

“That doesn’t surprise me at all,” Roe said. “Somewhere in the world every day this is happening – it manifests steadily, daily. And from my private conversations with current and former military fliers I feel that the reports that I get – as far as pilot reports – are clearly the tip of the iceberg.”

But for all the apparent easing of taboo around UAPs, Roe says there is still a stigma.

“Nobody is willing to risk their careers or reputation on this subject, even now,” Roe said. “Pilots won’t contact us until they retire. I’d say it’s almost 50-50, the cases I get, that are more recent, versus those that happened years ago and they didn’t want to talk about because they would lose their flight status, and because they were worried about their careers.”

The government – all governments – have previously been reluctant to even acknowledge that they monitor UAPs.

In 2007 the US defense department launched an “Advanced aerospace threat identification program” to investigate UFOs. The effort was so secretive that the public was only made aware of it 10 years later, after a New York Times investigation.

As leaked or officially published footage has spread, however, demands for transparency from the public and politicians has grown, prompting the CIA to release thousands of documents on UAPs in January 2021.

Rubio, the vice-chair of the Senate intelligence committee, has been a particularly loud voice, and he was part of a group of elected officials who succeeded in thrusting the Intelligence Authorization Act for fiscal year 2021 into the $2.3tn coronavirus relief spending bill signed into law by Donald Trump in December.

This video grab image obtained 28 April 2020 shows part of an unclassified video taken by navy pilots showing interactions with ‘unidentified aerial phenomena’. Photograph: DoD/AFP via Getty Images

That act ordered government agencies to provide a declassified “detailed analysis of unidentified aerial phenomena data and intelligence”, and “a detailed description of an interagency process” for reporting UFOs. The report must be handed over by 25 June.

“Men and women we have entrusted with the defense of our country are reporting encounters with unidentified aircraft with superior capabilities,” Rubio told the Tampa Bay Times in mid-May.

“We cannot allow the stigma of UFOs to keep us from seriously investigating this. The forthcoming report is one step in that process, but it will not be the last.”

The flurry of recent videos and the imminent release of the report has ignited an excitement around unidentified flying things not seen for years. Pope warned, however, that after years of furtiveness from intelligence agencies, people should not expect the government to release tout it knows about these mysterious objects in the sky.

“The report must be unclassified, but it could have a classified annex, so there’s a strong possibility that any earth-shattering facts will be in that classified annex, rather than the unclassified report,” Pope said.

He added: “So people should be excited, but not too excited. They should be pragmatic, and a little expectation management might be useful.”


‘From hearsay to hard evidence’: are UFOs about to go mainstream?

N ick Pope spent the early 1990s investigating UFOs for the British ministry of defence. Sequestered in a rarely visited government office – the “metaphorical basement” – he well remembers how his field of work was regarded.

“I would walk down the corridor and people would whistle the theme music to either Close Encounters of the Third Kind or the Twilight Zone,” Pope told the Guardian.

Towards the end of his spell at the MoD, a new science fiction show featuring a pair of FBI alien hunters was also growing in popularity. “I do recall the X-Files theme tune being whistled, too,” he said.

In the nearly two decades since then, attitudes towards UFOs have slowly been changing, especially in America where the subject matter has gone from the margins to the mainstream, with even former president Barack Obama opining on their potential existence.

Rebranded by governments and enthusiasts as “UAPs”, or unidentified aerial phenomena, 2021 has seen arguably the first ever serious discussion of unknown flying things. In June the Pentagon is set to release a highly anticipated report on what it knows about UAPs, and the excitement about that disclosure has been fueled by a slew of witnesses coming forward to share their experiences with the 60 Minutes news show in May.

Obama was among many public figures to add his thoughts on UAPs and the Pentagon report this month.

Barack Obama: ‘There’s footage and records.’ Photograph: Larry Marano/Rex/Shutterstock

“There’s footage and records of objects in the skies, that we don’t know exactly what they are, we can’t explain how they moved, their trajectory,” Obama said in an interview with CBS. “They did not have an easily explainable pattern. And so, you know I think that people still take seriously trying to investigate and figure out what that is.”

The sincerity of the discussion around UAPs – “I want us to take it seriously and have a process to take it seriously,” the Republican senator Marco Rubio told 60 Minutes – is a far cry from the jeers Pope once faced.

So what has changed in America?

“In the last three years it has been elevated above just hearsay and segued into hard evidence,” said Pope, who is now based in Arizona, said. “Not just the testimony from military pilots who’ve been involved in encounters with these things, but radar data and the infra-red camera videos that everyone’s seen.”

In recent years a series of government videos showing UAPs, have been released, including footage from a navy F-18 fighter jet which showed an oblong object flying through the sky near San Diego in 2004.

This April photos and videos taken by navy personnel were leaked online, showing triangular-shaped objects buzzing around in the sky, and in May leaked military footage showed an oval flying object near a navy ship in San Diego – an apparent UAP hotspot.

Members of the navy saw UAPs so frequently that the encounters became commonplace, Ryan Graves, a retired navy pilot, told 60 Minutes.

“Every day,” Graves said. “Every day for at least a couple years.”

For Ted Roe, who runs the National Aviation Reporting Center on Anomalous Phenomena, a non-profit where pilots or others can report their experiences with UAPs, this was merely confirmation of what he already knew.

This picture, taken through the window of a laboratory by a 21-year-old US coastguard, shows four unidentified flying objects as bright lights in the sky, at Salem, Massachusetts, in August 1952. Photograph: Popperfoto

“That doesn’t surprise me at all,” Roe said. “Somewhere in the world every day this is happening – it manifests steadily, daily. And from my private conversations with current and former military fliers I feel that the reports that I get – as far as pilot reports – are clearly the tip of the iceberg.”

But for all the apparent easing of taboo around UAPs, Roe says there is still a stigma.

“Nobody is willing to risk their careers or reputation on this subject, even now,” Roe said. “Pilots won’t contact us until they retire. I’d say it’s almost 50-50, the cases I get, that are more recent, versus those that happened years ago and they didn’t want to talk about because they would lose their flight status, and because they were worried about their careers.”

The government – all governments – have previously been reluctant to even acknowledge that they monitor UAPs.

In 2007 the US defense department launched an “Advanced aerospace threat identification program” to investigate UFOs. The effort was so secretive that the public was only made aware of it 10 years later, after a New York Times investigation.

As leaked or officially published footage has spread, however, demands for transparency from the public and politicians has grown, prompting the CIA to release thousands of documents on UAPs in January 2021.

Rubio, the vice-chair of the Senate intelligence committee, has been a particularly loud voice, and he was part of a group of elected officials who succeeded in thrusting the Intelligence Authorization Act for fiscal year 2021 into the $2.3tn coronavirus relief spending bill signed into law by Donald Trump in December.

This video grab image obtained 28 April 2020 shows part of an unclassified video taken by navy pilots showing interactions with ‘unidentified aerial phenomena’. Photograph: DoD/AFP via Getty Images

That act ordered government agencies to provide a declassified “detailed analysis of unidentified aerial phenomena data and intelligence”, and “a detailed description of an interagency process” for reporting UFOs. The report must be handed over by 25 June.

“Men and women we have entrusted with the defense of our country are reporting encounters with unidentified aircraft with superior capabilities,” Rubio told the Tampa Bay Times in mid-May.

“We cannot allow the stigma of UFOs to keep us from seriously investigating this. The forthcoming report is one step in that process, but it will not be the last.”

The flurry of recent videos and the imminent release of the report has ignited an excitement around unidentified flying things not seen for years. Pope warned, however, that after years of furtiveness from intelligence agencies, people should not expect the government to release tout it knows about these mysterious objects in the sky.

“The report must be unclassified, but it could have a classified annex, so there’s a strong possibility that any earth-shattering facts will be in that classified annex, rather than the unclassified report,” Pope said.

He added: “So people should be excited, but not too excited. They should be pragmatic, and a little expectation management might be useful.”


‘From hearsay to hard evidence’: are UFOs about to go mainstream?

N ick Pope spent the early 1990s investigating UFOs for the British ministry of defence. Sequestered in a rarely visited government office – the “metaphorical basement” – he well remembers how his field of work was regarded.

“I would walk down the corridor and people would whistle the theme music to either Close Encounters of the Third Kind or the Twilight Zone,” Pope told the Guardian.

Towards the end of his spell at the MoD, a new science fiction show featuring a pair of FBI alien hunters was also growing in popularity. “I do recall the X-Files theme tune being whistled, too,” he said.

In the nearly two decades since then, attitudes towards UFOs have slowly been changing, especially in America where the subject matter has gone from the margins to the mainstream, with even former president Barack Obama opining on their potential existence.

Rebranded by governments and enthusiasts as “UAPs”, or unidentified aerial phenomena, 2021 has seen arguably the first ever serious discussion of unknown flying things. In June the Pentagon is set to release a highly anticipated report on what it knows about UAPs, and the excitement about that disclosure has been fueled by a slew of witnesses coming forward to share their experiences with the 60 Minutes news show in May.

Obama was among many public figures to add his thoughts on UAPs and the Pentagon report this month.

Barack Obama: ‘There’s footage and records.’ Photograph: Larry Marano/Rex/Shutterstock

“There’s footage and records of objects in the skies, that we don’t know exactly what they are, we can’t explain how they moved, their trajectory,” Obama said in an interview with CBS. “They did not have an easily explainable pattern. And so, you know I think that people still take seriously trying to investigate and figure out what that is.”

The sincerity of the discussion around UAPs – “I want us to take it seriously and have a process to take it seriously,” the Republican senator Marco Rubio told 60 Minutes – is a far cry from the jeers Pope once faced.

So what has changed in America?

“In the last three years it has been elevated above just hearsay and segued into hard evidence,” said Pope, who is now based in Arizona, said. “Not just the testimony from military pilots who’ve been involved in encounters with these things, but radar data and the infra-red camera videos that everyone’s seen.”

In recent years a series of government videos showing UAPs, have been released, including footage from a navy F-18 fighter jet which showed an oblong object flying through the sky near San Diego in 2004.

This April photos and videos taken by navy personnel were leaked online, showing triangular-shaped objects buzzing around in the sky, and in May leaked military footage showed an oval flying object near a navy ship in San Diego – an apparent UAP hotspot.

Members of the navy saw UAPs so frequently that the encounters became commonplace, Ryan Graves, a retired navy pilot, told 60 Minutes.

“Every day,” Graves said. “Every day for at least a couple years.”

For Ted Roe, who runs the National Aviation Reporting Center on Anomalous Phenomena, a non-profit where pilots or others can report their experiences with UAPs, this was merely confirmation of what he already knew.

This picture, taken through the window of a laboratory by a 21-year-old US coastguard, shows four unidentified flying objects as bright lights in the sky, at Salem, Massachusetts, in August 1952. Photograph: Popperfoto

“That doesn’t surprise me at all,” Roe said. “Somewhere in the world every day this is happening – it manifests steadily, daily. And from my private conversations with current and former military fliers I feel that the reports that I get – as far as pilot reports – are clearly the tip of the iceberg.”

But for all the apparent easing of taboo around UAPs, Roe says there is still a stigma.

“Nobody is willing to risk their careers or reputation on this subject, even now,” Roe said. “Pilots won’t contact us until they retire. I’d say it’s almost 50-50, the cases I get, that are more recent, versus those that happened years ago and they didn’t want to talk about because they would lose their flight status, and because they were worried about their careers.”

The government – all governments – have previously been reluctant to even acknowledge that they monitor UAPs.

In 2007 the US defense department launched an “Advanced aerospace threat identification program” to investigate UFOs. The effort was so secretive that the public was only made aware of it 10 years later, after a New York Times investigation.

As leaked or officially published footage has spread, however, demands for transparency from the public and politicians has grown, prompting the CIA to release thousands of documents on UAPs in January 2021.

Rubio, the vice-chair of the Senate intelligence committee, has been a particularly loud voice, and he was part of a group of elected officials who succeeded in thrusting the Intelligence Authorization Act for fiscal year 2021 into the $2.3tn coronavirus relief spending bill signed into law by Donald Trump in December.

This video grab image obtained 28 April 2020 shows part of an unclassified video taken by navy pilots showing interactions with ‘unidentified aerial phenomena’. Photograph: DoD/AFP via Getty Images

That act ordered government agencies to provide a declassified “detailed analysis of unidentified aerial phenomena data and intelligence”, and “a detailed description of an interagency process” for reporting UFOs. The report must be handed over by 25 June.

“Men and women we have entrusted with the defense of our country are reporting encounters with unidentified aircraft with superior capabilities,” Rubio told the Tampa Bay Times in mid-May.

“We cannot allow the stigma of UFOs to keep us from seriously investigating this. The forthcoming report is one step in that process, but it will not be the last.”

The flurry of recent videos and the imminent release of the report has ignited an excitement around unidentified flying things not seen for years. Pope warned, however, that after years of furtiveness from intelligence agencies, people should not expect the government to release tout it knows about these mysterious objects in the sky.

“The report must be unclassified, but it could have a classified annex, so there’s a strong possibility that any earth-shattering facts will be in that classified annex, rather than the unclassified report,” Pope said.

He added: “So people should be excited, but not too excited. They should be pragmatic, and a little expectation management might be useful.”


‘From hearsay to hard evidence’: are UFOs about to go mainstream?

N ick Pope spent the early 1990s investigating UFOs for the British ministry of defence. Sequestered in a rarely visited government office – the “metaphorical basement” – he well remembers how his field of work was regarded.

“I would walk down the corridor and people would whistle the theme music to either Close Encounters of the Third Kind or the Twilight Zone,” Pope told the Guardian.

Towards the end of his spell at the MoD, a new science fiction show featuring a pair of FBI alien hunters was also growing in popularity. “I do recall the X-Files theme tune being whistled, too,” he said.

In the nearly two decades since then, attitudes towards UFOs have slowly been changing, especially in America where the subject matter has gone from the margins to the mainstream, with even former president Barack Obama opining on their potential existence.

Rebranded by governments and enthusiasts as “UAPs”, or unidentified aerial phenomena, 2021 has seen arguably the first ever serious discussion of unknown flying things. In June the Pentagon is set to release a highly anticipated report on what it knows about UAPs, and the excitement about that disclosure has been fueled by a slew of witnesses coming forward to share their experiences with the 60 Minutes news show in May.

Obama was among many public figures to add his thoughts on UAPs and the Pentagon report this month.

Barack Obama: ‘There’s footage and records.’ Photograph: Larry Marano/Rex/Shutterstock

“There’s footage and records of objects in the skies, that we don’t know exactly what they are, we can’t explain how they moved, their trajectory,” Obama said in an interview with CBS. “They did not have an easily explainable pattern. And so, you know I think that people still take seriously trying to investigate and figure out what that is.”

The sincerity of the discussion around UAPs – “I want us to take it seriously and have a process to take it seriously,” the Republican senator Marco Rubio told 60 Minutes – is a far cry from the jeers Pope once faced.

So what has changed in America?

“In the last three years it has been elevated above just hearsay and segued into hard evidence,” said Pope, who is now based in Arizona, said. “Not just the testimony from military pilots who’ve been involved in encounters with these things, but radar data and the infra-red camera videos that everyone’s seen.”

In recent years a series of government videos showing UAPs, have been released, including footage from a navy F-18 fighter jet which showed an oblong object flying through the sky near San Diego in 2004.

This April photos and videos taken by navy personnel were leaked online, showing triangular-shaped objects buzzing around in the sky, and in May leaked military footage showed an oval flying object near a navy ship in San Diego – an apparent UAP hotspot.

Members of the navy saw UAPs so frequently that the encounters became commonplace, Ryan Graves, a retired navy pilot, told 60 Minutes.

“Every day,” Graves said. “Every day for at least a couple years.”

For Ted Roe, who runs the National Aviation Reporting Center on Anomalous Phenomena, a non-profit where pilots or others can report their experiences with UAPs, this was merely confirmation of what he already knew.

This picture, taken through the window of a laboratory by a 21-year-old US coastguard, shows four unidentified flying objects as bright lights in the sky, at Salem, Massachusetts, in August 1952. Photograph: Popperfoto

“That doesn’t surprise me at all,” Roe said. “Somewhere in the world every day this is happening – it manifests steadily, daily. And from my private conversations with current and former military fliers I feel that the reports that I get – as far as pilot reports – are clearly the tip of the iceberg.”

But for all the apparent easing of taboo around UAPs, Roe says there is still a stigma.

“Nobody is willing to risk their careers or reputation on this subject, even now,” Roe said. “Pilots won’t contact us until they retire. I’d say it’s almost 50-50, the cases I get, that are more recent, versus those that happened years ago and they didn’t want to talk about because they would lose their flight status, and because they were worried about their careers.”

The government – all governments – have previously been reluctant to even acknowledge that they monitor UAPs.

In 2007 the US defense department launched an “Advanced aerospace threat identification program” to investigate UFOs. The effort was so secretive that the public was only made aware of it 10 years later, after a New York Times investigation.

As leaked or officially published footage has spread, however, demands for transparency from the public and politicians has grown, prompting the CIA to release thousands of documents on UAPs in January 2021.

Rubio, the vice-chair of the Senate intelligence committee, has been a particularly loud voice, and he was part of a group of elected officials who succeeded in thrusting the Intelligence Authorization Act for fiscal year 2021 into the $2.3tn coronavirus relief spending bill signed into law by Donald Trump in December.

This video grab image obtained 28 April 2020 shows part of an unclassified video taken by navy pilots showing interactions with ‘unidentified aerial phenomena’. Photograph: DoD/AFP via Getty Images

That act ordered government agencies to provide a declassified “detailed analysis of unidentified aerial phenomena data and intelligence”, and “a detailed description of an interagency process” for reporting UFOs. The report must be handed over by 25 June.

“Men and women we have entrusted with the defense of our country are reporting encounters with unidentified aircraft with superior capabilities,” Rubio told the Tampa Bay Times in mid-May.

“We cannot allow the stigma of UFOs to keep us from seriously investigating this. The forthcoming report is one step in that process, but it will not be the last.”

The flurry of recent videos and the imminent release of the report has ignited an excitement around unidentified flying things not seen for years. Pope warned, however, that after years of furtiveness from intelligence agencies, people should not expect the government to release tout it knows about these mysterious objects in the sky.

“The report must be unclassified, but it could have a classified annex, so there’s a strong possibility that any earth-shattering facts will be in that classified annex, rather than the unclassified report,” Pope said.

He added: “So people should be excited, but not too excited. They should be pragmatic, and a little expectation management might be useful.”


‘From hearsay to hard evidence’: are UFOs about to go mainstream?

N ick Pope spent the early 1990s investigating UFOs for the British ministry of defence. Sequestered in a rarely visited government office – the “metaphorical basement” – he well remembers how his field of work was regarded.

“I would walk down the corridor and people would whistle the theme music to either Close Encounters of the Third Kind or the Twilight Zone,” Pope told the Guardian.

Towards the end of his spell at the MoD, a new science fiction show featuring a pair of FBI alien hunters was also growing in popularity. “I do recall the X-Files theme tune being whistled, too,” he said.

In the nearly two decades since then, attitudes towards UFOs have slowly been changing, especially in America where the subject matter has gone from the margins to the mainstream, with even former president Barack Obama opining on their potential existence.

Rebranded by governments and enthusiasts as “UAPs”, or unidentified aerial phenomena, 2021 has seen arguably the first ever serious discussion of unknown flying things. In June the Pentagon is set to release a highly anticipated report on what it knows about UAPs, and the excitement about that disclosure has been fueled by a slew of witnesses coming forward to share their experiences with the 60 Minutes news show in May.

Obama was among many public figures to add his thoughts on UAPs and the Pentagon report this month.

Barack Obama: ‘There’s footage and records.’ Photograph: Larry Marano/Rex/Shutterstock

“There’s footage and records of objects in the skies, that we don’t know exactly what they are, we can’t explain how they moved, their trajectory,” Obama said in an interview with CBS. “They did not have an easily explainable pattern. And so, you know I think that people still take seriously trying to investigate and figure out what that is.”

The sincerity of the discussion around UAPs – “I want us to take it seriously and have a process to take it seriously,” the Republican senator Marco Rubio told 60 Minutes – is a far cry from the jeers Pope once faced.

So what has changed in America?

“In the last three years it has been elevated above just hearsay and segued into hard evidence,” said Pope, who is now based in Arizona, said. “Not just the testimony from military pilots who’ve been involved in encounters with these things, but radar data and the infra-red camera videos that everyone’s seen.”

In recent years a series of government videos showing UAPs, have been released, including footage from a navy F-18 fighter jet which showed an oblong object flying through the sky near San Diego in 2004.

This April photos and videos taken by navy personnel were leaked online, showing triangular-shaped objects buzzing around in the sky, and in May leaked military footage showed an oval flying object near a navy ship in San Diego – an apparent UAP hotspot.

Members of the navy saw UAPs so frequently that the encounters became commonplace, Ryan Graves, a retired navy pilot, told 60 Minutes.

“Every day,” Graves said. “Every day for at least a couple years.”

For Ted Roe, who runs the National Aviation Reporting Center on Anomalous Phenomena, a non-profit where pilots or others can report their experiences with UAPs, this was merely confirmation of what he already knew.

This picture, taken through the window of a laboratory by a 21-year-old US coastguard, shows four unidentified flying objects as bright lights in the sky, at Salem, Massachusetts, in August 1952. Photograph: Popperfoto

“That doesn’t surprise me at all,” Roe said. “Somewhere in the world every day this is happening – it manifests steadily, daily. And from my private conversations with current and former military fliers I feel that the reports that I get – as far as pilot reports – are clearly the tip of the iceberg.”

But for all the apparent easing of taboo around UAPs, Roe says there is still a stigma.

“Nobody is willing to risk their careers or reputation on this subject, even now,” Roe said. “Pilots won’t contact us until they retire. I’d say it’s almost 50-50, the cases I get, that are more recent, versus those that happened years ago and they didn’t want to talk about because they would lose their flight status, and because they were worried about their careers.”

The government – all governments – have previously been reluctant to even acknowledge that they monitor UAPs.

In 2007 the US defense department launched an “Advanced aerospace threat identification program” to investigate UFOs. The effort was so secretive that the public was only made aware of it 10 years later, after a New York Times investigation.

As leaked or officially published footage has spread, however, demands for transparency from the public and politicians has grown, prompting the CIA to release thousands of documents on UAPs in January 2021.

Rubio, the vice-chair of the Senate intelligence committee, has been a particularly loud voice, and he was part of a group of elected officials who succeeded in thrusting the Intelligence Authorization Act for fiscal year 2021 into the $2.3tn coronavirus relief spending bill signed into law by Donald Trump in December.

This video grab image obtained 28 April 2020 shows part of an unclassified video taken by navy pilots showing interactions with ‘unidentified aerial phenomena’. Photograph: DoD/AFP via Getty Images

That act ordered government agencies to provide a declassified “detailed analysis of unidentified aerial phenomena data and intelligence”, and “a detailed description of an interagency process” for reporting UFOs. The report must be handed over by 25 June.

“Men and women we have entrusted with the defense of our country are reporting encounters with unidentified aircraft with superior capabilities,” Rubio told the Tampa Bay Times in mid-May.

“We cannot allow the stigma of UFOs to keep us from seriously investigating this. The forthcoming report is one step in that process, but it will not be the last.”

The flurry of recent videos and the imminent release of the report has ignited an excitement around unidentified flying things not seen for years. Pope warned, however, that after years of furtiveness from intelligence agencies, people should not expect the government to release tout it knows about these mysterious objects in the sky.

“The report must be unclassified, but it could have a classified annex, so there’s a strong possibility that any earth-shattering facts will be in that classified annex, rather than the unclassified report,” Pope said.

He added: “So people should be excited, but not too excited. They should be pragmatic, and a little expectation management might be useful.”


‘From hearsay to hard evidence’: are UFOs about to go mainstream?

N ick Pope spent the early 1990s investigating UFOs for the British ministry of defence. Sequestered in a rarely visited government office – the “metaphorical basement” – he well remembers how his field of work was regarded.

“I would walk down the corridor and people would whistle the theme music to either Close Encounters of the Third Kind or the Twilight Zone,” Pope told the Guardian.

Towards the end of his spell at the MoD, a new science fiction show featuring a pair of FBI alien hunters was also growing in popularity. “I do recall the X-Files theme tune being whistled, too,” he said.

In the nearly two decades since then, attitudes towards UFOs have slowly been changing, especially in America where the subject matter has gone from the margins to the mainstream, with even former president Barack Obama opining on their potential existence.

Rebranded by governments and enthusiasts as “UAPs”, or unidentified aerial phenomena, 2021 has seen arguably the first ever serious discussion of unknown flying things. In June the Pentagon is set to release a highly anticipated report on what it knows about UAPs, and the excitement about that disclosure has been fueled by a slew of witnesses coming forward to share their experiences with the 60 Minutes news show in May.

Obama was among many public figures to add his thoughts on UAPs and the Pentagon report this month.

Barack Obama: ‘There’s footage and records.’ Photograph: Larry Marano/Rex/Shutterstock

“There’s footage and records of objects in the skies, that we don’t know exactly what they are, we can’t explain how they moved, their trajectory,” Obama said in an interview with CBS. “They did not have an easily explainable pattern. And so, you know I think that people still take seriously trying to investigate and figure out what that is.”

The sincerity of the discussion around UAPs – “I want us to take it seriously and have a process to take it seriously,” the Republican senator Marco Rubio told 60 Minutes – is a far cry from the jeers Pope once faced.

So what has changed in America?

“In the last three years it has been elevated above just hearsay and segued into hard evidence,” said Pope, who is now based in Arizona, said. “Not just the testimony from military pilots who’ve been involved in encounters with these things, but radar data and the infra-red camera videos that everyone’s seen.”

In recent years a series of government videos showing UAPs, have been released, including footage from a navy F-18 fighter jet which showed an oblong object flying through the sky near San Diego in 2004.

This April photos and videos taken by navy personnel were leaked online, showing triangular-shaped objects buzzing around in the sky, and in May leaked military footage showed an oval flying object near a navy ship in San Diego – an apparent UAP hotspot.

Members of the navy saw UAPs so frequently that the encounters became commonplace, Ryan Graves, a retired navy pilot, told 60 Minutes.

“Every day,” Graves said. “Every day for at least a couple years.”

For Ted Roe, who runs the National Aviation Reporting Center on Anomalous Phenomena, a non-profit where pilots or others can report their experiences with UAPs, this was merely confirmation of what he already knew.

This picture, taken through the window of a laboratory by a 21-year-old US coastguard, shows four unidentified flying objects as bright lights in the sky, at Salem, Massachusetts, in August 1952. Photograph: Popperfoto

“That doesn’t surprise me at all,” Roe said. “Somewhere in the world every day this is happening – it manifests steadily, daily. And from my private conversations with current and former military fliers I feel that the reports that I get – as far as pilot reports – are clearly the tip of the iceberg.”

But for all the apparent easing of taboo around UAPs, Roe says there is still a stigma.

“Nobody is willing to risk their careers or reputation on this subject, even now,” Roe said. “Pilots won’t contact us until they retire. I’d say it’s almost 50-50, the cases I get, that are more recent, versus those that happened years ago and they didn’t want to talk about because they would lose their flight status, and because they were worried about their careers.”

The government – all governments – have previously been reluctant to even acknowledge that they monitor UAPs.

In 2007 the US defense department launched an “Advanced aerospace threat identification program” to investigate UFOs. The effort was so secretive that the public was only made aware of it 10 years later, after a New York Times investigation.

As leaked or officially published footage has spread, however, demands for transparency from the public and politicians has grown, prompting the CIA to release thousands of documents on UAPs in January 2021.

Rubio, the vice-chair of the Senate intelligence committee, has been a particularly loud voice, and he was part of a group of elected officials who succeeded in thrusting the Intelligence Authorization Act for fiscal year 2021 into the $2.3tn coronavirus relief spending bill signed into law by Donald Trump in December.

This video grab image obtained 28 April 2020 shows part of an unclassified video taken by navy pilots showing interactions with ‘unidentified aerial phenomena’. Photograph: DoD/AFP via Getty Images

That act ordered government agencies to provide a declassified “detailed analysis of unidentified aerial phenomena data and intelligence”, and “a detailed description of an interagency process” for reporting UFOs. The report must be handed over by 25 June.

“Men and women we have entrusted with the defense of our country are reporting encounters with unidentified aircraft with superior capabilities,” Rubio told the Tampa Bay Times in mid-May.

“We cannot allow the stigma of UFOs to keep us from seriously investigating this. The forthcoming report is one step in that process, but it will not be the last.”

The flurry of recent videos and the imminent release of the report has ignited an excitement around unidentified flying things not seen for years. Pope warned, however, that after years of furtiveness from intelligence agencies, people should not expect the government to release tout it knows about these mysterious objects in the sky.

“The report must be unclassified, but it could have a classified annex, so there’s a strong possibility that any earth-shattering facts will be in that classified annex, rather than the unclassified report,” Pope said.

He added: “So people should be excited, but not too excited. They should be pragmatic, and a little expectation management might be useful.”


Voir la vidéo: Free and Easy to get Missouri Fox Trotter in Chapter 2 - Red Dead Redemption 2 - RDR2 in 2021 -Horse (Novembre 2021).